Vos Questions

Information Générales

Chevalier Conservation : présentation

Depuis quatre générations, Chevalier Conservation nettoie, conserve et restaure tapisseries, tapis, textiles anciens, modernes et contemporains. Créée en 1917 par Camille Chevalier, la société était implantée à Courbevoie depuis 1926. En Décembre 2005, les Ateliers se sont implantés à Colombes.
En Décembre 2017, la société a été racheté par le groupe Pouyanne Wartner.

Le respect de la tradition, une grande connaissance des textiles, une recherche de pointe, sont les caractéristiques du très haut niveau de savoir-faire actuel.
Nous proposons également nos services pour le nettoyage et l’entretien à domicile de l’ameublement, des moquettes et tentures murales.

Implantation géographique des ateliers Chevalier Conservation

En Ile-de-France

Paris-Ouest : 6-8 rue Lépine Marcel 92700 Colombes.
Tél. : 01 47 88 41 41
Fax : 01 47 88 64 52
E-mail : commercial1@chevalier-conservation.com
Horaires : du Lundi au Vendredi de 9h à 12h et de 13h à 17h

Quel est le profil des restauratrices de Chevalier Conservation ?

Le personnel des ateliers de Chevalier Conservation vient d’horizons variés : restauratrices confirmées parmi lesquelles plusieurs Meilleures Ouvrières de France, diplômées du Textile Conservation Center (GB), de l’IFROA (Institut Français de Restauration des Objets d’Art), de l’ENAD, de l’Ecole du Louvre, etc.

Pourquoi faire nettoyer les tapisseries, tapis ou textiles avant restauration ?

Tous les tapis, tapisseries ou textiles sont nettoyés avant leur restauration car premièrement, nettoyer une fibre textile permet sa bonne conservation et deuxièmement, pour des raisons d’hygiène.

Comment s’établit un devis de restauration ?

Un devis de restauration se calcule au temps passé nécessaire pour remettre l’objet en état. Après un examen approfondi de la pièce confiée, nous estimons quelles sont les meilleures propositions à faire, au vu de son état général et de sa valeur. Les devis réalisés dans nos ateliers sont gratuits. Pour les déplacements, nous consulter.

Pourquoi restaurer un objet d’art ?

Conserver ou restaurer un objet d’art permet de stopper les dégradations du temps et de prolonger sa vie et sa valeur.

Comment connaître la valeur de ses tapis, tapisseries ou textiles ?

Il est très important de connaître la valeur exacte des tapis, tapisseries ou textiles que l’on possède. Ceci permet d’une part de faire assurer ses objets à leur juste valeur, mais également de porter l’attention nécessaire requise par un objet de valeur. La maison fait appel à des experts, membres du Syndicat Français des Experts Professionnels en œuvres d’art (tapis-tapisseries).

Quelle est la clientèle de Chevalier Conservation ?

Les particuliers, collectionneurs, antiquaires et plus grands musées du monde font appel aux services de Chevalier Conservation.

Les références de Chevalier Conservation

En France

Musée du Louvre (Paris),
Musée Nissim de Camondo (Paris),
Musée du château d’Angers,
Musée National du Moyen Age, Thermes de Cluny (Paris),
Musée National de la Renaissance (Ecouen),
Musée des tapisseries (Aix en Provence),
Institut du Monde Arabe (Paris),
Musée du Château de Versailles,
Musée Labenche (Brive),
Musée Carnavalet (Paris),
Musée Guimet (Paris),
Musée Jacquemart André (Paris),
Palais du Tau (Reims),
Mobilier National
Sénat
Assemblée Nationale
Palais de l’Elysée
Hôtel Matignon
Cathédrale de Reims,
Cathédrale de Rouen,
Cathedrale de Beauvais,
Musée des Beaux-Arts (Rouen),
Musée Départemental des Antiquités de Rouen,
Musée Départemental de la Tapisserie (Aubusson),
Musée de l’Armée (Paris),
Abbaye de Chaalis…

A l’étranger

Frick Foundation (Pittsburg USA),
Metropolitan Museum of Art (New York, USA),
Detroit Institute of Arts (Detroit, USA),
Wildenstein Collection (New York, USA),
Cleaveland Museum of Art (Cleaveland, USA),
Ringling Museum (Sarasota, USA),
Musée d’Heidelberg (Allemagne),
National Museum of Fine Arts (Buenos Aires),
Peter Stuyvesant Foundation (Angleterre),
Musée de Nukus (Ouzbekistan),
Musée Capodimonte (Naples),
Cranbrook Art Museum (Michigan, USA).

Quelles sont les différentes publications de Chevalier Conservation?


Pascal-François Bertrand, Françoise Estienne, Véronique Rigot-Chevalier – Tapisseries XVIIe-XVIIIe siècles – Les Ténières, scènes de la vie villageoise – catalogue d’exposition à Angers.


Dominique Chevalier, Pierre Chevalier, Pascal-François Bertrand – Les Tapisseries d’Aubusson et de Felletin – Paris – Editions Solange Thierry.

Dominique Chevalier, Pierre Chevalier, Pascal-François Bertrand Les Verdures de Beauvais tissées sous le règne de Louis XIV – dans le numéro spécial Biennale des Antiquaires – Connaissance des Arts.

Violaine Lion – Conservation et restauration des tapisseries – pp. 76 à 82

Violaine Lion, Georgetta Mocanu – La Restauration de deux tapisseries acquises par le Musée national de la Renaissance dans catalogue de l’exposition Autour des Fructus Belli, une tapisserie de Bruxelles du XVIe siècle – Musée National de la Renaissance, Château d’Ecouen – pp. 33 à 37


Susanne Cussel, Hélène Autret – La restauration-conservation d’une collection de vingt fragments coptes, coll. Musée municipal de l’Evêché de Limoges – Catalogue de l’exposition « Visages d’Egypte ».


Violaine Lion – La conservation de la tenture de la bataille de Pavie du Musée Capodimonte à Naples, dans l’ouvrage La Bataille de Pavie.

Dominique Chevalier, Nicole de Pazzis-Chevalier, Susanne Cussell – Tapisseries coptes, textiles d’Egypte IVe-XIIe siècle .


PARTICIPATION DE CHEVALIER CONSERVATION
AUX RENCONTRES INTERNATIONALES DE RESTAURATEURS


TRON CONFERENCE – AMSTERDAM « Tapestry Symposium » – Explication du traitement de trois tapisseries particulièrement endommagées, suivi d’un exposé des facteurs qui ont influencé le choix de ces traitements – Susanne Cussell, Violaine Lion

Journées d’Etudes de la SFIIC – ANGERS – « La Conservation des Textiles Anciens » – Conservation d’un devant d’autel du XVIIe siècle au décor de fils métalliques et soies polychromes (Trésor de la Cathédrale de Rouen) – Hélène Autret.


BUDAPEST – « So many countries, so many customs » – Interim meeting – conference du Comité pour la Conservation de l’ICOM, groupe de travail sur les textiles – A question of different methods or one of different choices – Susanne Cussell


Réunion de la SFIIC
Traitement de congélation sur une collection de textiles et de tapis et traitement résiduel des pièces de stockage et d’exposition (Lieu d’intervention : Musée de Nukus, Karakalpakie, Ouzbékistan) – Susanne Cussell

XVIe centenaire de la Cathédrale de Notre Dame de Rouen
« Les tapisseries de la Cathédrale de Rouen » – M.H. Didier, Violaine Lion.


Musée LORRAIN – NANCY – Cycles de conférences : Conservation-Restauration « Mieux vaut prévenir que guérir » Restauration-conservation des textiles – Susanne Cussel.

Quel est le prix d’un nettoyage de tapis ?

Tout dépend de l’état et de la qualité de votre tapis – ancien – en soie – en laine – en laine et soie…. Les tarifs de nos prestations, au regard de leur qualité sont très compétitifs. Le mieux c’est de nous envoyer une photo ou de nous solliciter et nous nous rendrons sur place pour vous donner entière satisfaction.

Quelles sont vos horaires d’ouvertures ?

Les Ateliers de Colombes sont ouverts du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 13h à 17h.

Avez vous un service de nettoyage à domicile ?

Nous proposons à nos clients un service de nettoyage et d’entretien à domicile pour leurs moquettes, tentures murales et ameublement textiles.
Nos équipes sont formées pour répondre à toutes vos interrogations et utilisent divers procédés selon la nature de l’intervention.

Questions sur le tapis

A quelle fréquence faut-il nettoyer un tapis ?

La fréquence du nettoyage dépend de l’emplacement de votre tapis : un tapis placé dans une salle à manger ou une entrée nécessite un nettoyage plus fréquent qu’un tapis placé dans une chambre. Un nettoyage tous les trois ans en moyenne est recommandé.

Quels sont les délais de nettoyage pour un tapis ?

Il faut compter entre 8 et 15 jours selon la période de l’année.

Comment s’effectue un nettoyage ?

L’opération consiste en un battage mécanique puis un nettoyage aqueux avec un détergent neutre. Enfin le tapis est rincé, essoré puis séché doucement. Bien sûr d’autres méthodes peuvent être utilisées si nécessaire.

Quelle est la différence entre un nettoyage et un détachage ?

Le détachage consiste à traiter une tache spécifique avec un produit approprié (lorsque l’on connaît l’origine de la tache). Le nettoyage traite lui l’ensemble de l’objet avec un détergent neutre.

Que veut dire le terme «coulé » ?

On dit d’un tapis qu’il est « coulé » lorsque les couleurs ont migré les unes sur les autres.

Qu’est-ce qu’un « abrache » ?

Un abrache est une variation de tons dans une même couleur due soit à la difficulté d’obtenir la même nuance avec plusieurs bains de la même teinture, soit au procédé de décoloration pour raviver un champs trop monotone. On trouve surtout des abraches sur les tapis de tribus car les bains sont faits au fur et à mesure de l’avancée du tapis : à cause des ultra-violets les couleurs ont tendance à se modifier.

Qu’est-ce que des «sauts de chaînes» ?

Un saut de chaîne survient lors de la fabrication du tapis. Il arrive que le tisserand casse une chaîne et pour la réparer doive faire un noeud. Lorsque le tapis est neuf, ce noeud est caché par le velours de la laine, mais lorsque le tapis s’use, ce noeud finit par apparaître et forme de petits points blancs.

Qu’est ce qu’un encollage ?

Un encollage est un apprêt que l’on met sous les tapis mécaniques afin de leur donner une plus grande tenue.

Qu’est-ce qu’une «couleur oxydée» ?

Lorsqu’un tapis est exposé à la lumière, ses couleurs ont tendance à pâlir : on dit que la couleur s’oxyde. C’est un phénomène naturel qui est dû aux ultra-violets.

Qu’appelle-t-on extrémités et lisières ?

Les extrémités d’un tapis sont les parties où sont situées les franges, les lisières étant les parties latérales du tapis.

Qu’est ce qu’arrêter les extrémités au plus creux par un point de boutonnière ?

Si le tapis n’est pas arrêté aux extrémités, le noeud, c’est à dire le velours du tapis, glisse le long des franges et le tapis s’abîme petit à petit : un point d’arrêt invisible sur l’envers du tapis stoppera cette dégradation.

Pourquoi les extrémités et les lisières sont les parties fragiles d’un tapis ?

Souvent au moment de la fabrication, les extrémités (franges) ne sont pas arrêtées par le tisserand. Quant aux lisières, elles forment une épaisseur généralement plus importante que le velours d’où une usure prématurée.

Que peut-on faire lorsqu’un tapis est déchiré ?

Il est possible de retisser les déchirures et les cassures. Il suffit pour cela de rechaîner et de retramer le tapis puis de nouer la laine qui formera le velours du tapis.

Doit-on faire retisser l’usure d’un tapis ?

Selon la valeur du tapis, le retissage vous sera recommandé ou non.

Que faire quand un tapis est déformé ?

Il existe des traitements permettant de rectifier la déformation du tapis. Ces traitements sont longs car les fibres sont fragiles et ne peuvent être tendues que d’un ½ cm par jour environ. Malheureusement, souvent cette déformation est définitive.

Que peut-on faire quand les bords d’un tapis roulent ?

Pour éviter que les bords d’un tapis ne roulent, il faut coudre sur l’envers des sangles de lin qui permettront de les redresser.

Que faire quand un tapis glisse ou gondole ?

Quand un tapis glisse ou gondole, et selon la surface sur laquelle il est posé, il faut mettre une sous-couche. Il s’agit soit d’un Foxi® pour la moquette soit d’un Stargrip® pour du carrelage ou du parquet.

Quelles sont les mesures préventives pour éviter qu’un tapis ne s’abime ?

S’il est dans un passage, il faut tourner régulièrement le tapis. Un dépoussièrage chaque semaine est suffisant. Ne pas oublier de le donner régulièrement à nettoyer.

Questions sur la tapisserie

A quelle fréquence faut-il nettoyer une tapisserie ?

Une tapisserie se nettoie environ tous les 10 ans. Malgré tout, il faut procéder à un entretien régulier de la tapisserie afin qu’elle ne s’altère pas.

Pourquoi faut-il dédoubler une tapisserie avant de la nettoyer ?

La poussière se mettant graduellement entre la doublure et la tapisserie, il est indispensable de retirer la doublure. De plus, lors du nettoyage, la doublure a tendance à rétrécir et exerce donc des tensions inappropriées sur la tapisserie.

Pourquoi faut-il doubler une tapisserie ?

Un doublage permet de répartir le poids de la tapisserie, il permet une bonne conservation de l’oeuvre. Grâce à des lignes de point, la tapisserie est maintenue sur sa doublure, protégeant ainsi les coutures de relais.

Quel est l’avantage d’une bande Velcro® ?

Accrocher une tapisserie avec une bande Velcro® permet de répartir le poids de la tapisserie uniformément sur toute la largeur. Cela assure donc une bonne conservation de l’oeuvre car il n’y a pas de point de tension supérieur aux autres, contrairement aux autres systèmes anciens tels que les anneaux.

Quelle est la différence entre la restauration et la conservation ?

La restauration permet de retisser à l’identique la partie manquante d’une oeuvre. C’est une approche qui privilégie l’esthétisme par rapport à une approche scientifique et historique.


La conservation est une démarche plus muséologique qui doit répondre à trois critères : lisibilité, réversibilité et stabilité.

Lisibilité : la tapisserie apparaît dans son intégralité originelle mais le travail effectué se distingue lorsque l’on regarde de près.

Réversibilité : sur l’envers de la tapisserie, une fine toile est placée ; les points de conservation traversant celle-ci, le travail effectué se lira aussi sur l’envers. Ces points apparents permettent la réversibilité : la conservation pourra être défaite aisément si, pour une raison ou pour une autre, on décidait de procéder à une autre forme de remise en état.

Stabilité : la conservation effectuée doit être durable. Pour ce qui concerne les textiles, les colorants utilisés doivent être solides à la lumière.

Qu’est ce que la consolidation ?

Lorsqu’une tapisserie est très abimée et que des travaux de restauration ou conservation ne sont pas envisageables, la consolidation consiste à appliquer des morceaux de toile de lin à l’aide d’un fil très fin, sous les zones les plus fragilisées de la tapisserie afin de stopper les dégradations.

Combien de temps faut-il pour restaurerune tapisserie ?

Cela dépend du travail à faire. La restauration d’une tapisserie est une affaire de patience.

Pourquoi les coutures de relais se rompent-elles?

Les coutures de relais sont les parties les plus fragiles de la tapisserie. Il suffit que la tapisserie ait un système d’accrochage inadéquat pour que des tensions s’exercent sur les coutures de relais. Avec le temps ces coutures vont s’user plus vite et donc rompre.

Pourquoi les anciennes restaurations peuvent-elles virer de couleur ?

Les anciennes restaurations qui virent de couleur sont souvent des restaurations de la fin du XIXe siècle ou du début du XXe. Il s’agit principalement de teintures chimiques qui étaient à leurs prémices et qui se sont avérées ne pas être de très bonne qualité quant à leur tenue à la lumière.

Comment éclaire-t-on une tapisserie ?

Une tapisserie ne doit jamais être éclairée en lumière frisante comme les tableaux, mais au contraire être éclairée de face, à une certaine distance. Pour respecter les normes « muséographiques », il ne faut pas dépasser 50 lux.

Comment stocker une tapisserie ?

Pour bien stocker une tapisserie, il faut la rouler sur un rouleau de carton au pH neutre, l’entourer d’une toile et la mettre dans une pièce où il n’y a ni trop d’humidité ni trop de lumière.

Quel est l’intérêt du bolduc sur les tapisseries modernes et contemporaines ?

Le bolduc permet de savoir où a été tissée la tapisserie, qui en est l’artiste et quel est son numéro. Le bolduc doit être impérativement signé pour permettre l’authentification de la tapisserie.

Questions sur les textiles

Comment reprendre les manques sur un textile ancien ?

La conservation de textiles anciens n’est pas un travail de stoppage ou de reprise, mais plutôt une consolidation sur tissu, teint en harmonie avec les endroits endommagés. En aucun cas, le travail de conservation n’imite le tissage d’origine, mais la consolidation est discrète et permet la conservation à long terme de votre objet.

Le nettoyage ravive-t-il les couleurs ?

Pas exactement : les couleurs « passées » sont dues à une exposition prolongée à la lumière et le résultat est une dégradation physico-chimique irréversible. Cependant, un nettoyage permet de supprimer la poussière et l’encrassement et de retrouver ainsi une brillance et une vivacité de la matière et des couleurs.

Le nettoyage supprime-t-il les taches et auréoles ?

On ne peut garantir l’élimination des taches et auréoles souvent très anciennes ou des traces de dégorgement de colorants dues à une trop forte humidité. Au mieux, elles peuvent être atténuées.

Comment stocker un textile ancien ?

Le pliage d’un textile entraîne à la longue un risque de cassure des fibres. S’il n’est pas exposé, un textile doit être stocké roulé dans le sens de la chaîne et protégé de la poussière et de la lumière.

Comment accrocher un textile ancien ?

De même que pour les tapisseries, un accrochage par anneaux provoque de fortes tensions dans le tissage à des endroits précis et entraîne des déformations, voire des déchirures. Un accrochage par bande auto-agrippante Velcro (r), permet de répartir uniformément le poids de l’objet sur toute sa largeur sans provoquer de tensions.